Argile & soin féminin

Argile & soin intime feminin

En discutant avec beaucoup de femmes, je me suis rendu compte que peu connaissaient les bienfaits de l’argile pour leur intimité.

En soin du visage oui, mais cela s’arrêtait souvent là pourtant les vertus de l’argile sont nombreuses : cicatrisante, apaisante, régénérante, purifiante, rééquilibrant, désacidifiante.

Sachez que l’on peut faire de nombreuses choses avec de l’argile, par exemple :

  • Une cure de « lait d’argile » à ingérer afin de se nettoyer, se reminéraliser et alcaliniser son organisme et ainsi tirer tous les bienfaits de la précieuse poudre issue de la terre comme le faisaient déjà nos ancêtres,
  • Des cataplasmes, en argile pure, avec ajout de plantes ou des huiles essentielles, je vous en parlais ici pour apaiser les tendinites 
  • Des pansements pour accélérer la cicatrisation ou faire ressortir les impuretés (après une chute sur les graviers pour exemple)
  • Des soins capillaires,
  • Mais aussi, des ovules vaginaux ! Et oui !

Je vous vois Mesdames faire de grands yeux effrayés ou bien rire. J’ai eu la même réaction la première fois qu’on m’en a parlé, cependant, après quelques réflexions et arguments, je me suis dit que c’était loin d’être bête.

Déjà, qu’est – ce qu’un « ovule vaginal » ?

C’est tout simplement une sorte de petit suppositoire que l’on vient insérer dans le vagin, de préférence le soir au coucher pour éviter les écoulements en position debout.

Nous en trouvons désormais plein en pharmacie pour traiter mycoses et infections urinaires spontanées ou récidivantes.

On peut y retrouver des compositions allant de presque naturelles à purement pharmaceutiques.

Ne soyons pas dans le jugement, à chacune ses choix.

Quand utiliser ces fameux ovules du commerce ?

Le plus souvent en cas de mycose, qui est un déséquilibre de la flore vaginale : ovule antifongique (= anti champignon / levure).

En cas d’inconfort, de sècheresse (cela peut concerner toutes les femmes à tout moment de la vie) ou en post opératoire pour réparer les muqueuses, ce qui prendra beaucoup de temps. Ce seront plutôt des ovules à base de macérât huileux, d’acide hyaluronique, …

En cure de prévention, pour éviter les déséquilibres de la flore vaginale à base de probiotiques (il existe un nombre incroyable de souches et on s’y perd rapidement !).

Du coup, pourquoi et quand choisir des ovules d’argile s’il en existe d’autres en magasin ?

En effet, bonne question. De plus, ils sont pratiques, c’est tout fait, il n’y a plus qu’à insérer.

Cependant, en cas de mycose, utiliser des ovules antifongiques, c’est un peu comme directement se laver les yeux à l’eau de javel avant de tester une lotion de camomille pour les nettoyer. Ca fait mal, c’est mordant et ça peut faire des dégâts.

Alors certes, c’est souvent très efficace, tout disparait du terrain, sauf la base du problème, donc bien souvent, il y a récidive.

Version argile, c’est plus long mais plus doux, c’est naturel et il est plutôt question de « rééquilibrer le terrain » en nettoyant l’excédent de levures causant le problème.

Je suis partisane pour dire que si on a le temps, l’envie et le courage, dans le sens où le naturel est souvent un plus long que le chimique, essayons des techniques plus douces et moins invasives. Surtout avec cette flore qui est déjà très délicate une fois qu’elle a été perturbée.

Alors, bien évident, on ne joue pas aux apprenties gynéco.

On utilisera les méthodes naturelles que si on connait son corps et que l’on reconnait les symptômes récidivants, pas d’auto médication Google.

Attention : la symptomatologie d’une mycose peut éventuellement cacher une IST, donc en cas de doute : gynécologue !!!

Si vous faites régulièrement des mycoses, pensez absolument à nettoyer votre terrain digestif. C’est que le « candida » champignon naturellement présent dans l’intestin est en excès pour diverses raisons (alimentaire le plus souvent) et vient coloniser les autres flores en fonction de nos terrains de faiblesses (flore buccale, flore cutanée, flore vaginale, flore génitale …)

Ici vous trouverez une excellente explication de la Candidose

Composition d’un ovule d’argile ?

Argile verte, on peut également utiliser de l’argile blanche si les muqueuses sont fortement abimées ou ont tendance à la sècheresse.

Huile de coco le plus souvent car antifongique mais je préfère l’huile végétale d’onagre personnellement.

A faire soi-même ?

Niveau difficulté : réalisable les yeux fermés

Dans un petit bol propre :

  • Mélanger très peu d’huile (coco, bourrache, onagre)
  • Ajouter l’argile (verte ou blanche) en poudre petit à petit avec une cuillère en bois
  • Modeler une petite boulette ou une fusée en fonction de vos préférences d’insertion

Pressez bien, plus vous travaillez votre ovule, plus l’huile va ressortir, ajoutez de l’argile jusqu’à l’obtention d’une masse « ferme », sinon l’insertion sera impossible.

Vous pouvez laisser sécher un peu ou insérer tout de suite.

En image dans ma vidéo ici ! 

Application ?

  • Graisser l’ovule afin de faciliter son application.
  • Allongée, jambes repliées, on se détend et on vient insérer avec un doigt propre l’ovule le plus profondément possible le vagin.

Avec les ovules classiques, on a des écoulements qui surviennent assez rapidement. Avec l’argile, c’est complètement imprévisible en fonction du travail qu’il va devoir opérer.

Il n’est pas rare de voir l’ovule rejeté directement et c’est OK, on ne s’acharne pas. On peut avoir des écoulements rapidement ou bien même, ne rien voir avant plusieurs jours !

L’idéal est de combiner avec la prise de probiotiques afin de restaurer la flore.

Pas d’application pendant les menstruations. Par contre, de nombreuses femmes en utilisent en fin de règles pour éliminer le vieux sang ou en post op pour nettoyer la zone.

Autre utilisation ?

Dans la littérature, on peut lire que les femmes utilisaient les ovules d’argile comme pratique de purification, cependant, n’en abusez pas, pour rappel, nos vagins possèdent un super pouvoir auto-nettoyant lorsque sa santé est optimale.

Gardons les pour les mycoses identifiées !

Bain de siège apaisant ?

La vulve,  cette partie « externe » du vagin peut également se montrer inconfortable et/ou démanger.

Dans ce cas, diluez dans une eau tiède à fraiche plusieurs cuillère d’argile.

Profitez pendant une dizaine de minutes ! Inutile de rincer mais séchez vous bien en tapotant et au besoin, hydratez la zone avec une petite quantité d’huile de coco.

Je reviendrai sur les autres utilisations de l’argile ainsi que les différentes sortes dans de futurs articles, d’ici là, si vous avez des questions, n’hésitez pas à me contacter !

En cas de symptômes persistants, on ne s’improvise pas médecin, on consulte ! De même que l’on utilisera l’aromathérapie ou autres techniques qu’en ayant les connaissances suffisantes afin d’éviter tout accident !